une pièce de Caroline Baratoux

adaptation pour la scène de Joël Pommerat

 

Partenaires

 

Coproduction : La Ferme de Bel Ebat (Guyancourt), L'Anis Gras (Arcueil), Le Relais (Normandie), Atelier hors champ

Avec le soutien de la DRAC Ile-de-France

 

 

Distribution

 

Mise en scène : Pascale Nandillon

Assistante à la mise en scène : Séverine Batier

Scénographie : Constance Arizzoli

En collaboration avec : James Bouquard

Lumière : Cyril Desclés

Son : Frédéric Tétart

Avec : Guillaume Bureau, Céline Finidori, Jean-Benoît L’héritier, Sophie Pernette

 

 

 

Présentation

 

L'atelier hors champ, chemin faisant...

Poucet, perdu dans la forêt, avance dans ses sensations pas à pas. Tourné vers l'extérieur, perché au sommet de l'arbre, il cherche, écoute et regarde, tente de nommer. Il arpente la forêt dans l'abandon de ses certitudes, l'appropriation de ses peurs. Le petit Poucet se métamorphose dans l'expérience du conte, il fait l'apprentissage de l'autre. Il avance vers l'apparition de son corps et de sa voix.

Le plateau de théâtre devient l'endroit des métamorphoses de la naissance et du deuil, deuil d'une idée de soi qui passe par la rencontre d'un autre, partenaire, texte, aire de jeu. Comme Poucet et ses frères, l'acteur marche au seuil de l'inconnu, de l'incréé.

Le texte de Caroline Baratoux est une nouvelle occasion pour l’atelier hors champ de continuer les chemins ouverts avec l’Ernesto de La pluie d’été de Duras, la jeune fille de Variations sur la mort de Fosse, les écholalies de Nijinski qui tous, nous invitent avec eux à faire l’expérience d’une métamorphose et d’une révélation.

De l’écholalie de la déraison à celle des enfants et des adultes... à qui nous désirons adresser cette création…

Ce spectacle s’adresse plus particulièrement à des enfants à partir de 6 ans.

 

LE PETIT POUCET

Je suis le fils unique d'une famille de sept garçons,

Ils sont tous arrivés deux par deux, mes frères,

Maman poussait des cris stridents à chaque fois

Avec moi, ce fut différent, je veux dire que maman

Cette nuit là dormait profondément quand j'ouvris les yeux,

C'est la première fois que je l'ai regardée,Elle souriait dans son sommeil silencieux,

J'avais faim ; alors de mon pouce, j'ai pris son sein

Et puis le lait qui coulait...

1/11

Le petit poucet

 

© Atelier hors champ