Le monde est rond 

adapté du texte de Gertrude Stein

evgen-bavcar--bimba-che-corre.jpg

crédit photo : Evgen Bavcar

Création radiophonique automne 2021

Création plateau printemps 2022

En recherche de production, de résidence et de diffusion

Le monde est rond (1939) est une longue comptine-poème-chanson et légende qui raconte le monde vu par les yeux d'une petite fille : Rose. Rose et son chien Amour, Willie et son lion sauvage constituent les principales figures de ce qu'on pourrait comprendre comme un récit initiatique qui s'ouvre, comme tous les contes, par "Il était une fois..." et se fini, comme tous les contes, par l'union heureuse de la petite fille et du petit garçon.

Le texte est composé de 34 tableaux, qui décrivent comment Rose et Willie traversent leur monde d'enfant en inventant chacun leurs chants et leurs comptines bien à eux, combien Rose et Willie diffèrent et s'attirent, s'effrayent et s'espèrent.

L'ascension de la montagne par Rose (et sa chaise bleue) y occupe 20 tableaux parfois graves et sombres, au bout desquels Rose trouvera la sérénité, après avoir gravé sur le tronc d'un arbre l'anneau magique d'une phrase qui la protège comme le mantra d'une ritournelle infinie : "A Rose is a Rose is a Rose is a Rose...".

Le monde est rond, et le langage n'a pas été créé pour dire quelque chose en particulier, mais seulement pour que, perdu dans la forêt, on entende sa voix y résonner, que le monde fasse un peu moins peur et qu'on y soit un peu moins seule.

Le texte est rythmé par les comptines et les chants que Rose et Willie inventent, inscrivant dans la matière même du texte le lien évident entre texte et musique, une alternance entre voix parlée et voix chantée.

Tous les évènements qui font irruption dans le présent des enfants est immédiatement transformé par le jeu de ces chants qui permettent de les accueillir - sont-ce mêmes des évènements réels ou une pure invention ? le monde halluciné par les yeux de l'enfance ou le rêve mêlé de Willie et de Rose ?

       Gertrude Stein (1874-1946), écrivaine, compose avant le milieu du siècle dernier une ?uvre résolument avant-gardiste, où elle cherche un nouveau flux poétique, fait de répétitions, de variations, de recombinaisons, intégrant de façon évidente l'oralité et la lecture à haute voix comme une composante de son écriture... - contemporaine de V. Woolf et de J. Joyce qui cherchent de leut côté leur propre flux d'écriture et de pensée.

Arrivée en France en 1904, elle fréquente de près le milieu de l'avant-garde artistique parisienne dont elle collectionne les oeuvres les plus audacieuses : Picabia, Tzara, les cubistes et parmis eux Picasso avec qui elle se liera d'une amitié profonde. Bien que davantage attiré par les trouvailles de la peinture de son temps, les techniques de compositions qu'elle utilise pour l'écriture porte pourtant la marque d'une musicalité très contemporaine qui inspirera entre autre le compositeur John Cage ou la chorégraphe Anne Theresa de Keersmaeker...

Conception et adaptation

Pascale Nandillon & Frédéric Tétart v

 

 

Création collective / distribution version radiophonique

Juliette de Massy, Nina Lainville (chant lyrique / texte)

Sophie Pernette, Lucile Marais (texte)

Frédéric Tétart (voix / musique)

et les voix de

Orphée Pourcines (chant / texte)

Martine Brission (texte)

Laurence Chable (texte)

Distribution version scénique

Juliette de Massy, Nina Lainville (Chant lyrique / texte)

Sophie Pernette, Lucile Marais (texte)

Frédéric Tétart (voix / musique / palette graphique)

 

Production

Cie Atelier hors champ (Le Mans) / En recherche de production et de diffusion

Diffusion

Nina Lainville 

07 49 38 22 68

a.horschamp@gmail.com