Annette oratorio (Création 2019)

Oratorio pour une comédienne, une chanteuse et un musicien électro-acoustique à partir des carnets d’Annette Libotte.

Une archive de la Collection de l'Art Brut de Lausanne.

      

 

       Notre création, Annette oratorio, réunit sur scène une comédienne, une chanteuse lyrique et un musicien, dans une forme oratorio élaborée à partir des carnets d’Annette Libotte, rédigés en 1941 et 1942 depuis l’hôpital psychiatrique de Schaerbeek où elle est internée à cause d’hallucinations auditives. Prêtés par la Collection de l'Art Brut de Lausanne, ces écrits n’ont fait l’objet d’aucune adaptation ni publication complète à ce jour.

       Ces carnets font état de ce qui traverse sa vie, sa pensée, sa chair ; ils témoignent de son affairement quotidien, sa faim, sa soif, son désir de liberté, son exil sur le rivage de la maladie. Elle tente d’y résoudre les énigmes de son existence charnelle et spirituelle, y adresse des lettres à sa famille, fait l’inventaire de ses biens, déchiffre sa mémoire, scrute la rue, le ciel, les nombres, l’alphabet. Annette travaille, trace ses projets de couture, bâtit une robe qui l'habillera d'une nouvelle peau dans son futur royaume où elle sera « Reine dans mon domaine ». Elle coud comme elle écrit, écrit comme elle parle, tente de rapiécer les morceaux et de s'y rassembler.

      De ces vers brisés émergent de puissants chants d’amour lancés depuis sa chambre à l’homme qu’elle attend. Annette invente une langue phonétique, bouscule l’orthographe et la ponctuation. Son écriture porte la trace de son combat intérieur. On y perçoit le chemin escarpé que prend la langue pour naître, déformée, balbutiée, libérée dans le chant... C’est une écriture qui ne se déchiffre qu’à haute voix, un écrit brut qui par sa puissante oralité nous convoque à la source corporelle du langage. Par ce geste nécessaire Annette restitue les lignes de failles, les souffles, les secousses qui la traversent. Elle nous fait entendre son monde sonore, la polyphonie des voix qui la peuple, nous inspirant une adaptation sonore et musicale du matériau textuel.

 

     Durant ce discret rituel théâtral, circonscrit par un tapis blanc qui est l’espace vierge de l’écriture, c’est la présence d’Annette qui est convoquée - soliloque diffracté dans les corps et les voix de la comédienne, de la chanteuse et du musicien comme autant de doubles qui occupent son esprit et sa chambre. Le plateau est la chambre d’écho de son corps. Le spectateur se tient avec elle derrière la fenêtre brisée au travers de laquelle Annette regarde le monde. Son texte nous tend un miroir : nous nous reconnaissons dans son obstination à dire ce que son existence charrie, dans ses fêlures, ses désirs, ses appels incessants. « J’incarne le différent que je suis. Je suis libre, Annette.»

      Nous maintenons en tension les grands écarts de son écriture, la discontinuité vertigineuse des sujets et des formes, progressant par refrains, ostinatos et bifurcations abruptes, en équilibre entre voix parlée et voix chantée, écriture et improvisation. Les voix sont travaillées par l'amplification et le traitement informatique. La comédienne et la chanteuse sont assises, face public - avec le musicien, ils travaillent à vue, recomposent à trois le corps sonore du texte.

 

Cette création s’inscrit dans le sillon de nos travaux autour des langues singulières, profondément corporelles, naturellement musicales, de Nijinski, Stramm, Tarkos, Michaux, Woolf... Témoignages existentiels, langues insoumises, bousculant les carcans du langage - menant l'acteur au bord d'une expérience essentielle et désarmante de la parole.

                                                                   crédits photos : Yann Ledos, Nima Yeganefar (DR)

Cré                                                                                                                                                                                                  Lire le dossier artistique

Création : 18 janvier 2019, La Fonderie (Le Mans)

avec

Pascale Nandillon (mise-en-scène, retranscription et adaptation)

Frédéric Tétart (mise-en-scène, musiques, retranscription)

Sophie Pernette (jeu, retranscription)

Juliette de Massy (Chant)

Soraya Sanhaji (création lumière)

Odile Crétault (création costume)

Sébastien Rouiller (création logicielle)

Damien Fabre (chargé de production)

Production : Atelier hors champ, La Fonderie, Théâtres des Quinconces-L'espal

Diffusion à partir janvier 2019 : La Fonderie (Le Mans), Théâtre de la Commune (Aubervilliers), Grand Théâtre de Calais,

Théâtre Les Quinconces-L'espal (Le Mans),

2020 : La Fonderie (Le Mans) / 2021 : La Halle Saint-Pierre (Paris)...

Avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire, de la Région et du DICAM Pays de la Loire, de la Spedidam, de la Ville du Mans,

du Conseil Départemental de la Sarthe.                                            

hors champ-8LEG
hors champ-8LEG

_DSC9170
_DSC9170

hors_champ-2_fred copie
hors_champ-2_fred copie

hors champ-8LEG
hors champ-8LEG

1/6

Annette Oratorio, captation audio intégrale live enregistrée en mai 2019 / Petit Théâtre des Quinconces, Le Mans

Annette Oratorio, teaser

Annette Oratorio, Intro / Théâtre de la Commune, janvier 2019