Le monde est rond

création radiophonique automne 2021

création plateau printemps 2022

Suite note d'intention

Un oratorio

 

 

Nous faisons travailler simultanément les voix et les sons, la voix parlée et la voix chantée.

 

Le texte original est si ancré dans le jeu des sonorités, des sororités de mots et de significations qu'il est parfois intraduisible. Nous élaborons une adaptation bilingue : nous faisons travailler côte à côte la langue originale du texte, l’anglais, qui constitue en quelque sorte notre ligne mélodique et rythmique et sa traduction en français. A travers la polyphonie des voix superposées, nous laissons entendre ce que chaque langue contient de singulier comme sensation et comme sens, comme poème et comme chant.

 

On sent chez Gertrude Stein le souhait de trouver dans l'écriture un équivalent au cubisme pictural. Tout le long des 34 tableaux qui composent le texte, elle tourne autour de son objet, recomposant ses phrases à partir des mêmes cellules, en boucle et variation. Les cercles magiques des ritournelles (comptines, chants) occupent une place essentielle. Sous l'apparente naïveté des images, sous le désir d'une langue économe et sans affectation, se cache une vraie étrangeté, un monde riche de sensations.

 

Nous nous autorisons une grande liberté formelle de composition et de jeu, explorant les facettes du récit, abordant chaque tableau du texte comme un monde en soi, tout en respectant sa progression dramatique. 

 

Ce grand collage de matières et de registres déploie une palette variée d’interprétation de la matière textuelle, des formes sonores et musicales : parfois monodique, avec peu de variations tonales, proche d'une méditation ou d'un mantra, parfois rythmée par la ritournelles des chants folkoriques et des musiques traditionnelles (celles existantes ou celles que nous inventons), ou encore par des chants lyriques qui créent de l’étrangeté et du baroque (en puisant chez Cage, chez Poulenc, Satie, Barber, les Beatles, Nymann…).

 

Chaque texte est travaillé collectivement en improvisation avant de fixer une écriture qui est alors enregistrée et qui sert de base à la composition

 

« En ce temps là le monde était rond et on pouvait tourner tout autour en rond et en rond. De toutes parts il y avait quelque part et de toutes parts il y avait des hommes des femmes des enfants des chiens des vaches des sangliers des petits lapins des chats des lézards et des animaux. C’est ainsi que c’était… 

Et puis il y avait Rose.

Rose était son nom et aurait-elle été Rose si son nom n’avait pas été Rose. Elle avait l’habitude de penser et puis de penser encore. Aurait-elle été Rose si son nom n’avait pas été Rose et aurait-elle été Rose si… 

Rose et son grand chien Amour se plaisaient ensemble ils chantaient ensemble des chansons, voici les chansons qu’ils chantaient…

 

I am a little girl and my name is Rose, Rose is my name

Why am I a little girl

And why is my name Rose

And when am I a little girl

And when is my name Rose

And where am I a little girl

And where is my name Rose

And which little girl am I am I the little girl named Rose

which little girl named Rose

 

She used to think and then she used to think again.

 

 

Et pendant tout ce temps le monde continuait simplement à être rond…»

 

« When I sing I am in a ring, and a ring is round and there is no sound and the way is white and Pepper is Bright and Love my dog he is away alright oh dear wailed Rose oh dear I never did know I would be here, and here I am alone all night and I am in a most awful fright… »

Le monde est rond de Gertrude Stein, traduction française de Anne Attali

Les Ateliers du Monde est rond

L'équipe du Monde est Rond souhaite proposer des ateliers en tous genres pour accompagner et permettre ainsi d’expérimenter notre travail scénique en continuant d’explorer les matières du texte et d’autres formes possibles.

(Le dossier des ateliers est à la demande) 

Capture d’écran 2021-05-06 à 22.19.14.pn
Capture d’écran 2021-05-06 à 22.24.09.pn